En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Mal dans son couple

   La séparation d’un couple est un tsunami, un véritable deuil. Au delà de la souffrance, elle génère de l’angoisse et de la culpabilité.
Pour soi d’abord : « vais-je y arriver seule ? » ; pour l’autre : « va-t-il/elle s’effondrer ? va-t-il/elle m’en vouloir et devenir agressif (ve)? » ; enfin, pour les enfants, lorsqu’il y en a : « quelle souffrance vais-je leur infliger ? »
Or, avant ce couple, la vie a été possible l’un sans l’autre, elle peut donc l’être à nouveau, et la séparation donne la possibilité de revivre de belles émotions dans une nouvelle rencontre.
   Se séparer permet d’arrêter de souffrir au quotidien  et de rester en bonne santé. Aucun engagement dans la vie n’oblige à se faire mal ou à se sacrifier. Il faut avoir suffisamment d’amour de soi- même pour arrêter de souffrir dans un couple qui ne nous convient pas.
   Enfin, se séparer, c’est épargner les otages que sont les enfants, victimes collatérales d’un couple qui ne s’entend plus.

   Notre partenaire de vie doit être une source de bien-être et non une source de souffrance.
 Si  on s’aime et on se fait du bien et on reste ensemble, si  on se fait du mal , il est préférable de se séparer, pour le bien de tous.

 

La difficulté ou le refus de se séparer

  Pourtant La séparation peut réactiver des ruptures de l’enfance, en particulier des ruptures du lien maternel. La séparation est alors vécue comme une perte , un effondrement, ce qui la rend impossible. Elle rappelle l’abandon resté non résolu. Nous nous trouvons dans une dépendance affective ou l’on pense ne pas pouvoir exister sans l’autre.
   Le choix du « sacrifice » ( pour les enfants, pour l’autre ) ressort de cette même problématique : la mère qui se « sacrifie » en fait ne se sacrifie que pour elle : elle donne ainsi l’image d’une bonne mère et au-delà d’une bonne fille pour sa mère qui ainsi ne l’abandonnera pas.
 La thérapie peut aider à dépasser ces traumatismes de l'enfance pour parvenir à faire des choix en toute conscience et bon pour soi.

 

Nos plus

  • Consultations sur
  • rendez-vous